Balades à vélo - cycling routes

Balades à vélo - cycling routes

...

Circuit des fontaines - Fountains in the village

Circuit des fontaines - Fountains in the village

...

Cabaret - November

Cabaret - November

...

Soirées d'été - Summers nights

Soirées d'été - Summers nights

...

Architecture - Architectural remains

Architecture - Architectural remains

...

L'étang du Moulin Neuf - The fishing pond

L'étang du Moulin Neuf - The fishing pond

...

Salon de printemps AubiZ'Art - Spring Art Fair

Salon de printemps AubiZ'Art - Spring Art Fair

...

Oliveraie aubignanaise - Local olive grove

Oliveraie aubignanaise - Local olive grove

...

Le Mont Ventoux - Giant of Provence

Le Mont Ventoux - Giant of Provence

...

Marché du samedi  - Weekly saturday market

Marché du samedi - Weekly saturday market

...

Marché de Noël - Christmas Market

Marché de Noël - Christmas Market

...

Des paysages hauts en couleurs - Amazing landscapes

Des paysages hauts en couleurs - Amazing landscapes

...

À travers les vignes - Through vineyards

À travers les vignes - Through vineyards

...

La grande fontaine publique et le lavoir

La fontaine existait déjà en 1827, mais elle était située plus à l’est. Elle est déplacée lorsque le chemin de grande communication n°7 de Carpentras à Vaison-la-Romaine est élargi en 1879. Ce cas n’est d’ailleurs pas isolé, puisque l’on retrouve le même phénomène dans plusieurs villages du Comtat ; souvent bâties en bord de chemin pour des raisons de commodité, les fontaines, au XIXe siècle, font les frais des travaux d’amélioration des voies de communication.

La municipalité fait donc dresser les plans de la fontaine actuelle par l’architecte Frizet et confie sa réalisation à Léon Vialis, maçon à Aubignan. Cependant, en comparant les dessins de Frizet à la fontaine actuelle, on s’aperçoit que son allure a été sensiblement modifiée par l’ajout de quatre têtes d’anges de la bouche desquelles s’écoule l’eau. Ces visages doux se généralisent dès la seconde moitié du XVIIIe siècle et, par opposition aux masques à têtes de monstres des fontaines baroques, marquent un changement de style.

Pour le reste, l’ensemble est tout à fait caractéristique des constructions du XIXe siècle, avec un bassin octogonal qui répond à la pile centrale elle aussi à huit côtés, surmontée d’une corniche et d’un acrotère traditionnel en pomme de pin. La pierre utilisée provient des carrières voisines de Caromb.

La reconstruction de la fontaine entraîne logiquement celle du lavoir, travaux nécessités également par le mauvais état de ce dernier. Ils ont lieu en 1881, comme le montre l’inscription gravée sur l’un de ses piliers. Il est divisé en trois bassins qui permettaient aux lavandières de laver leur linge sans souiller l’eau de la fontaine réservée à la consommation de la population.