Balades à vélo - cycling routes

Balades à vélo - cycling routes

...

Circuit des fontaines - Fountains in the village

Circuit des fontaines - Fountains in the village

...

Cabaret - November

Cabaret - November

...

Soirées d'été - Summers nights

Soirées d'été - Summers nights

...

Architecture - Architectural remains

Architecture - Architectural remains

...

L'étang du Moulin Neuf - The fishing pond

L'étang du Moulin Neuf - The fishing pond

...

Salon de printemps AubiZ'Art - Spring Art Fair

Salon de printemps AubiZ'Art - Spring Art Fair

...

Oliveraie aubignanaise - Local olive grove

Oliveraie aubignanaise - Local olive grove

...

Le Mont Ventoux - Giant of Provence

Le Mont Ventoux - Giant of Provence

...

Marché du samedi  - Weekly saturday market

Marché du samedi - Weekly saturday market

...

Marché de Noël - Christmas Market

Marché de Noël - Christmas Market

...

Des paysages hauts en couleurs - Amazing landscapes

Des paysages hauts en couleurs - Amazing landscapes

...

À travers les vignes - Through vineyards

À travers les vignes - Through vineyards

...

Une naissance laborieuse
Dès le XVIe siècle, divers projets étudient, sans succès, les possibilités de dériver les eaux de la Durance pour irriguer la plaine du Comtat Venaissin. Ce n’est qu’en 1849 qu’un syndicat provisoire voit le jour. Le projet des ingénieurs Conte et Perrier est retenu et l’on s’attelle, à partir de 1853, à la réalisation du projet. Ce dernier est porté à bout de bras par Louis Giraud (1805-1883), maire de Pernes-les-Fontaines et conseiller général de Vaucluse, mais les difficultés s’accumulent : manque d’argent, abandon des chantiers, avaries graves, procès interminables…. La construction du canal aboutit cependant en 1869 : sur 66 km de conduite principale, de Mérindol jusqu’à la rivière de l’Aygues, au nord d’Orange, cet ouvrage permet de passer de 13 000 à 26 000 hectares de terres cultivables. Son écoulement est gravitaire (pente d’environ 25 cm par kilomètre) et son tracé suit une courbe de niveau aux alentours de 100 m. Au départ, il n’irrigue que la plaine située sur sa rive gauche, les terres de sa rive droite s’élevant rapidement vers les monts de Vaucluse. Aujourd’hui, toutefois, les superficies irriguées dépassent  36 000 hectares et l’eau est acheminée sous pression jusqu’à 500 m d’altitude.

La révolution de l’agriculture comtadine
Le canal de Carpentras a révolutionné l’agriculture et les paysages du Comtat Venaissin : il permit aux cultivateurs de surmonter les crises économiques de la seconde moitié du XIXe siècle (phylloxéra, ruines des commerces de la garance et de la soie) par une spécialisation dans des cultures nécessitant à la fois la chaleur et une eau abondante : fruits, légumes et fleurs. Désormais, la région devenait le « jardin de la France ».

Un parcours riche en ouvrages d’art
Jalonné de nombreux ouvrages d’art, son parcours permet aux promeneurs de croiser ponts-aqueducs, martellières (vannes), décharges (évacuation des eaux excédentaires), ponts ou siphons (franchissement d’obstacles importants) ; il offre également un bon aperçu du patrimoine rural comtadin.